Association HAZIAK, 33 rue de l'uhabia 64210 BIDART

Nous écrire : associationhaziak@gmail.com

Nous appeler : 07.67.90.35.95

La famille

Intervention précoce

 

Le diagnostic médical précoce de l’enfant (dès 18 mois) favorise une intervention éducative rapide et importante pour la suite de l’accompagnement. Elle permettra une évolution positive de celui ci dans le milieu ordinaire.  

 

Personnel éducatif formé

 

Les besoins des personnes atteintes d’autisme étant nombreux et variés, la formation du personnel éducatif à l’ABA (formation de base) et aux outils comportementaux permet donc de proposer une prise en charge de la personne plus efficace sur son évolution.

 

Accompagnement global ou ciblé

 

A partir de l’évaluation des compétences de la personne, les programmes éducatifs sont définis en s’appuyant sur les ressources de la personne pour développer ses faiblesses.

L’accompagnement peut s’inscrire dans  un certain nombre de domaines et être proposer dans différents lieux de vie de la personne (activités culturelles et sportives, centre de loisirs, école, travail, activités péri-scolaires), considéré alors comme un accompagnement global. Puis, il peut aussi venir en soutien sur un domaine particulier et dans un seul lieu de vie de la personne. Il s'agit d’un accompagnement ciblé.

 

Soutien de la famille

 

L’arrivée d’un enfant en situation de handicap dans une famille peut engendrer des bouleversements au sein de celle-ci. Il est donc important pour conserver l’équilibre familial, qu’elle soit soutenue de manière formelle ou informelle, en l’accompagnant sur tous les axes de la vie quotidienne.

 

Ce soutien à la parentalité peut être axé sur :

  • la gestion des troubles comportementaux : guidance parentale, échange théorique sur les 4 fonctions du comportement (recherche d’attention, évitement/échappement, accès à quelque chose de tangible et de sensoriel -auto renforcement- )  et sur l’application d’un plan comportemental, etc

  • la préparation de la suite de l’accompagnement de leur enfant : demande d’AVS, notification MDPH (Maison Départementale de la Personne Handicapée), mise en relation avec des structures du territoire, etc.

  • l’entraide entre parents : partage de réseau d’acteurs pouvant répondre à leur besoin, groupe de parole, échange de matériel, etc.

  • l’orientation vers des organismes adaptés, des professionnels de santé, etc.

  • développement d’un accueil pour le droit au répit.

La personne

La communication

 

L’altération de la communication fait partie des troubles du spectre autistique. L’ABA, et plus encore son évolution vers la version « Verbal Behavior » (variante récente de l’ABA classique appelée ABA VB), focalise prioritairement les apprentissages dans le domaine de la communication verbale. Ces apprentissages encouragent  les interactions par le jeu et cherchent à initier une communication associant les émotions de la personne.

 

En collaboration avec la famille et un(e) orthophoniste, il s’agit de développer la capacité de communication de la personne de façon fonctionnelle (langage expressif et réceptif). Les aider à communiquer malgré leur difficulté est une vraie priorité, car la capacité à échanger joue énormément sur les comportements de la personne, et peut aussi engendrer des troubles du comportement (hétéro ou auto agressivité) de celle-ci.

 

La communication verbale, visuelle ou gestuelle permet à la personne de se faire comprendre et de savoir ce que l’on attend d’elle. Cela favorise l’apprentissage de comportements essentiels : faire des demandes, attendre, accepter le « non », accepter le retrait ou la fin d’une activité, compléter des activités du quotidien, s’occuper seul, suivre des consignes, tolérer un certain nombre de situations au quotidien et répondre à différents signaux. A noter que celle-ci participe aussi à une diminution des troubles du comportement.

 

Les interactions sociales

 

La difficulté pour une personne atteinte de TSA d’avoir des interactions sociales adaptées est souvent la cause de son isolement au sein de la société.

En effet, ce sont les interactions sociales de la personne avec ses pairs qui peuvent favoriser son épanouissement et participer à son inclusion dans le milieu ordinaire.

 

La sensorialité

 

Ces personnes présentent certaines particularités sensorielles qui peuvent être envahissantes pour elles et qui peuvent être à l’origine de comportements inadaptés comme des cris, des balancements, des mains sur les oreilles, etc.

 

Pour permettre à la personne de les appréhender sereinement, il est nécessaire de les identifier et d’y répondre par l’apprentissage de nouveaux comportements sollicitant la sensorialité (balle en mousse ou vibrante, tube luminescent, être dans le noir, sauter sur un ballon, etc) .

Par exemple, pour un enfant hypersensible au bruit à la cantine, au lieu qu’il se bouche les oreilles avec les mains, il peut être envisagé de lui apprendre à mettre un casque antibruit ce qui lui permet d’avoir les mains libres pour manger.

 

De nombreuses astuces et outils sensoriels existent qu’il faut favoriser par leur utilisation dans un cadre précis.

 

Le développement cognitif

 

C’est en agissant sur son environnement que la personne construit ses raisonnements. Le développement cognitif d’une personne se fait par l’expérimentation sensori-motrice découlant sur l’apprentissage de nouvelles capacités cognitives.