LA SENSORIALITE

 

Qu’est-ce qu’une hypersensibilité :

Elle se traduit par une manière de réagir de façon négative ou avec angoisse à des stimuli qui sont à tort trop considérés comme anodins et non perturbants. Les personnes développent des réactions individuelles entre l’évitement du stimuli et la recherche d’un autre pour compenser. Par exemple : la personne ne supporte pas le bruit mais pour autant cri, il s’agit là d’un masquage d’une réalité sensorielle aversive.

L'hypersensibilité peut mener à deux types d'expériences différentes :

  • la confusion provoquée par certains stimuli sensoriels;

  • la fascination causée par certains stimuli.

Qu’est-ce qu’une hyposensibilité :

Une personne hypo sensible à une réaction limitée à la suite d’une information sensorielle. Cela entraine souvent une recherche de façon extrême de certaines formes d’imputs sensoriels. Cela mène parfois vers un comportement inadapté, souvent socialement inacceptable (danger pour soi et les autres). Les sensations provoquées sont synonymes de bien être pour la personne.

 

Pour la plupart des personnes, l'intégration sensorielle se développe au cours des activités ordinaires de l'enfance. La capacité de planification motrice est un résultat naturel de ce processus, de même que la capacité d'adaptation aux sensations entrantes. Mais, pour certaines personnes, l’intégration sensorielle ne se développe pas aussi efficacement qu’elle le devrait. Lorsque ce processus est désordonné, un certain nombre de problèmes d’apprentissage, de développement et de comportement peuvent devenir évidents.

Certains indicateurs peuvent signaler que de telles difficultés peuvent être présentes. Ceux-ci inclus :

  • Trop sensible au toucher, aux mouvements, aux images, aux odeurs, aux goûts et aux sons

Cela peut se manifester par des comportements tels que : irritabilité ou repli sur soi au toucher, évitement de certaines textures de vêtements ou d'aliments, distractibilité, réactions craintives à de telles activités de mouvement ordinaires (balancer, tourner).

  • Sous réactif à la stimulation sensorielle

Contrairement à ce qui précède, une personne peu réactive peut rechercher des expériences sensorielles telles que tourbillonner ou s'écraser sur des personnes ou des objets. Elle peut sembler inconsciente de la douleur ou de la position du corps. Certaines personnes fluctuent entre des extrêmes de sur-réactivité et de sous-réactivité.

  • Au niveau d’activité inhabituellement élevée ou faible

La personne peut être constamment en mouvement ou peut être lente à se réchauffer et à se fatiguer facilement. Encore une fois, certaines personnes peuvent fluctuer entre les extrêmes.

  • Problèmes de coordination

Cela se voit dans les activités motrices et fines. Certaines personnes peuvent avoir un équilibre anormalement médiocre, tandis que d'autres ont beaucoup de difficulté à apprendre à faire une nouvelle tâche qui nécessite une coordination motrice.

  • Difficulté dans la réussite professionnelle et scolaire

Il peut y avoir des problèmes dans certains domaines sans perturbations des capacités cognitives. Pour autant une mauvaise intégration sensorielle peut gravement impacter l’inclusion en milieu professionnel et scolaire.

  • Mauvaise organisation du comportement

Certaines personnes peuvent être impulsives ou distraites et montrer un manque de planification dans l'approche des tâches. Certaines ont de la difficulté à s'adapter à de nouvelles situations. D'autres peuvent réagir avec frustration, agression ou repli sur soi lorsqu'elles rencontrent un échec.

  • Mauvaise image de soi

Souvent, une personne ayant des difficultés de traitement sensoriel «ne se sent pas tout à fait bien ». Cette personne peut souvent se présenter comme ennuyée, paresseuse ou non motivée. Elles développent des stratégies pour éviter les tâches difficiles ou embarrassantes. Lorsque cela se produit, la personne peut être considérée comme gênante ou obstinée. Lorsqu'un problème est difficile à comprendre, certaines personnes peuvent s'en prendre à elles-mêmes. 

 

 

Une chose importante à retenir quand on a affaire à des personnes ayant des particularités de l’intégration sensorielles est,

«… Regarde ce que le comportement essaie de te dire, plutôt que de regarder le comportement comme négatif ou« mauvais »…»

 

Le trouble d'intégration sensorielle est une affection neurologique complexe qui altère les capacités fonctionnelles. Les personnes ayant ce type de difficultés interprètent mal les informations sensorielles quotidiennes, telles que le toucher, les sons et les mouvements. Elles peuvent se sentir submergées par les informations, rechercher des expériences ou en éviter certaines.

 

L'intégration sensorielle est aussi une approche d'intervention utilisée par les ergothérapeutes. Une approche d'intervention inclut des principes théoriques, un vocabulaire spécifique, des critères de description des troubles, des moyens standardisés d'évaluation ainsi que des modalités ou stratégies d'intervention qui lui sont propres.

Nous vous conseillons de consulter un professionnel formé pour la mise en place d'un accompagnement et d'un programme spécifique.

 

 

 

LES JEUX SENSORIELS

Jeux pour développer le goût :

Proposer des activités, comme sentir et observer l'aliment avant de le déguster, apprendre à reconnaître les goûts et les arômes en fermant les yeux... Cela peut être l'occasion pour l'enfant d'enrichir son vocabulaire, en définissant un aliment croquant, mou, dur, sec, juteux, insipide, fade, poivré, épicé, piquant, acidulé, velouté...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeux pour développer le toucher :

Livres à toucher

Jeux de manipulation,  différencier la taille des objets, leur forme, la texture

Balle sensorielle,

Puzzles tactiles

 

 

 

 

 

Jeux pour développer la vue :

Kaléidoscopes

les formes et les couleurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeux pour développer l'ouïe :

Boîte à sons

instruments de musique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeux pour développer l'odorat :

Loto des odeurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vestibulaire/Proprioceptif :

Le système vestibulaire réglemente le sens du mouvement et de l’équilibre, c’est ce qui nous permet de situer notre corps dans l’espace, ses déplacements et ceux de notre entourage.

Il semble que les mouvements rotatifs, les balancements, et tournoiement apportent une grande stimulation vestibulaire au cerveau, l’aidant ainsi à mieux organiser et traiter les informations sensorielles, contribuant ainsi à l’équilibre. 

Différents types de stimulation vestibulaire existent :

  • Des activités de bondissement et de sauts (en position assise, à genou ou debout).  Vous pouvez par exemple utiliser un ballon sauteur.

  • Des activités de balancement (à genoux, assis, couché sur le ventre ou sur le dos…), avec des balançoires par exemple.

  • Des glissages sur des toboggans.

  • Des sauts et des chutes sur des coussins. Avec par exemple, le pouf géant.

La proprioception peut se définir comme étant la perception que nous avons de notre corps qu’il soit au repos ou en mouvement. La proprioception (ou sensibilité profonde) désigne la perception, consciente ou non, de la position des différentes parties du corps. Elle renseigne sur le degré de tonus ou de contraction des muscles et sur les positions relatives des différentes parties du corps.

 

Site internet : 

Association HAZIAK

33 rue de l'uhabia 64210 BIDART

Nous écrire : associationhaziak@gmail.com

Nous appeler : 07.67.90.35.95